Intention

Dans une démarche concertée
et des lieux préalablement repérés,
mais conservés intégralement tels quels,
le photographe et la danseuse ont déterminé
leurs libertés respectives :
elle décide et organise la manière
dont elle va investir corporellement
cet espace tandis que le photographe
garde toute latitude dans la manière
de capter la représentation qu’elle en donne.

Philippe Monsel


Philippe Monsel - Repères biographiques


1958               La photographie est pour lui une révélation. Il la découvre
                       sur la plage de Zeebrugge,
                       s’emparant de la boîte kodak familiale.
                       Fasciné dès cette époque, tout d’abord par le
                       fonctionnement de l’appareil, puis par l’image photographique
                       capable de « dupliquer le réel ».

 

1962               Il commence à photographier, s’appropriant les alentours
                       de la maison de Liège.

 

1965               Il devient l’apprenti de Jean Colas, photographe spécialisé
                       dans la photographie industrielle,
                       dont l’objectif est de reproduire très exactement des meubles
                       et des vitrines ordonnancés.
                       Il est initié à l’observation du réel et à la mise en scène.  

 

1966               Il rencontre au printemps, par l’intermédiaire d’un cousin,
                       le photographe Jean-pierre Leloir
                       dont il devient l’assistant avec qu’il travaillera jusqu’en 1970.
                       Il travaille alors pour Rock & Folk, Jazz Hot et Jazz Magazine.

 

1968               Il part au Maroc pour une durée d’un mois afin d’y accomplir
                       un travail photographique en toute liberté.
                       De retour à Paris, il sélectionne 150 photographies, parmi
                       les 2000 prises de vues effectuées sur place,
                       en vue d’être publiées. Sa démarche échoue, le travail réalisé
                       n’est pas pittoresque et l’altérité, n’est, alors,
                       pas en vogue.  Au bout de quelques mois, il abandonne
                       la photographie, enterrant le photographe
                       qui ne réapparaîtra qu’en 2000.

 

1971 – 1982    Années d’apprentissage, de formation, de vie active éloignées
                         de sa première vocation.

 

1982 – 2000     Il acquiert les Editions du Cercle d’Art. Le virus de la capture
                         photographique le reprend au tournant de l’an 2000.
                         Il fait l’acquisition d’un Hasselblad. Mais la photographie telle
                         qu’il l’envisageait dans les années 1960 a évolué.
                         Le réel ne suffit plus. Tout recommence avec des lieux,
                         notamment de mémoire, dont il captera l’atmosphère,
                         voir - pour certains - la dramaturgie sous-jacente.
                         Bang Hai Ja, peintre coréenne établie en France,
                         l’invite à découvrir la Montagne des 10 000 Bouddhas,
                         située au sud-est de la Corée, entièrement sculptée de Bouddhas,
                         soit en pied, soit en relief. Le premier voyage date d’avril 2000.

 

2001 – 2002      Second voyage en Corée. Il photographie la montagne,
                          ses sculptures ancestrales.
                          Un livre paraît en 2002. Philippe Monsel prend alors
                          le pseudo d’Antoine Stéphanie, prénoms de ses deux enfants.
                          De septembre 2001 à avril 2002, puis en mars et juillet 2002,
                         il intervient à cinq reprise dans le Petit Palais,
                         juste avant le programme de réaménagement.
                         Il photographie le Mont Ventoux,
                         en 2002, inaugurant une série intitulée Regarder la montagne.

 

2003                  L’usine Renault de Boulogne-Billancourt couronne
                          magistralement son travail, « Résistance de l’architecture ».
                          Philippe Monsel photographie la cathédrale industrielle
                          le 5 février et le 2 avril. Un livre intitulé Billancourt
                          est édité la même année.
                          En photographiant, la Montagne Sainte-Victoire,
                          il poursuit son travail pour la série Regarder la montagne.

                          En parallèle, l’humain réinvestit le champ photographique.
                          En posant à nouveau son regard sur le monde,
                          il réalise à quel point tout à changé.
                          La figure de la jeune femme incarne pour lui le portrait,
                          l’essence de ce « nouveau monde ». Il s’intéresse,
                          comme il dit lui-même, à l’ontologie féminine.
                          La série des Choréphotographie lui permettra de saisir
                         un moment de pure liberté féminine,
                         qui s’exprime à travers les mouvements
                         totalement improvisés du corps devant l’objectif.

 

2004                  Du 27 mai au 26 juin, il expose des tirages de la série Billancourt
                          (22 au total) à la galerie Bruno Delarue,
                          dans le 3e arrondissement.
                          Dans le prolongement du travail effectué
                          pour les choréphotographies,
                          Philippe Monsel, met en scène la féminité, cette fois,
                          dans l’intimité du quotidien. La série s’intitule Mascarades.

 

2005                  22 tirages de Billancourt sont présentés au musée
                          de la Mine de Saint-Etienne,
                          du 26 novembre au 1er mars 2006.
                          En novembre la série est à nouveau exposée au théâtre 71,
                          scène de Malakoff (19 tirages).

 

2006                   Philippe Monsel repart au Maroc. Trente-huit ans plus tard,
                           il renoue avec une destination qui semblait
                           avoir scellé son destin.
                           Cette année-là, en marge des documentaires consacrés
                           aux artistes vivants,
                           il réalise des films qui immortalisent des images de notre monde,
                           anodines, triviales, destinées peut-être à être versées pour
                          la mémoire de notre civilisation.
                           Dans cette perspective, la série photographique
                          des vanités alimente régulièrement le corpus de l’œuvre.

 

2007                   Il produit l’une de ses premières vidéos Altitudes.

 

2009                   Le site Samedi Rouge est créé à la fin de l’année.
                           Le titre fait référence à un épisode de son enfance.
                           Il réalise l’installation vidéo et photographique intitulée
                           Route
sur laquelle il travaillera deux ans. 
                           Billancourt
est présenté à la médiathèque de Lorient
                           du 25 octobre au 29 novembre.

 

2011                   Il produit Venise, installation vidéo de 9 écrans juxtaposés.
                           Partant une fois encore du réel
                           et de la trivialité de gestes caractéristiques
                           liés au transport dans la ville, notamment le vaporetto,
                           insiste sur la répétition lancinante des sons et des gestes,
                           l’écho mémorable de la ville se dessine lentement à travers
                           les reflets de l’Adriatique.